Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
militaires-chretiens

La compassion de Dieu

2 Octobre 2017

TU AS FAIS TROP DE BÊTISES !

Histoire vraie :

"il est maintenant un clochard. Adolescent, il avait fugué pour de bon après avoir volé l'argent de ses parents. 20 années ont passé, et il se retrouve dans la rue où se trouve la maison en briques rouges de son enfance. Il n'ose s'approcher de la maison où habitent ses parents qu'il avait si cruellement déçus. Il décide alors de leur envoyer une lettre se terminant par ces mots : "si vous voulez que je rentre, suspendez un mouchoir blanc à mon ancienne chambre à coucher jeudi matin". Ce matin-là il constate que la maison en briques rouges s'est transformé en un chalet de neige. Il y avait des draps, des torchons, des nappes, des mouchoirs partout sur la maison !" (inspiré de "croire ça s'apprend")

Tel est la grâce surabondante de notre Père céleste riche en compassion :

Luc 15v11-22 "

Un homme avait deux fils.
 Le plus jeune dit à son père: Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir. Et le père leur partagea son bien. Peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé, partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche.

Lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les pourceaux. Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les pourceaux, mais personne ne lui en donnait.

Etant rentré en lui-même, il se dit : Combien d'ouvriers saisonniers chez mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes ouvriers saisonniers.

Et il se leva, et alla vers son père. Comme il était encore loin, son père le vit et fut EMU DE COMPASSION, il courut se jeter à son cou et le baisa. Le fils lui dit : Mon père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils. Mais le père dit à ses serviteurs : Apportez vite le plus bel habit et l'en revêtez; mettez-lui un anneau au doigt, et des souliers aux pieds."

Notre Père céleste nous attend non avec un fusil mais avec ses bras d'amour grands ouverts ! Enfant de Dieu égaré, revient simplement à Lui maintenant tel que tu es !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article